Navigation | Archive » 2008 » décembre » 29

Ankana87

ankana87

Juste pour les membres………

Nuage de catégories

Accessoires necessaires amitie belles images du net! Bienvenue cadeaux Calendrier de l'Avent coup de coeurs coup de gueule creations et si le monde... faune Flore genereux gourmandises géographie Histoire Humeur l'art Legendes et Mythes les enfants les logiciels gratuits le temps Merci Non classé photofiltre poesie romans sur la route tag un peu d'humour

Un Sourire

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup. Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent. Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel. Personne n'est assez riche pour pouvoir s'en passer, Et personne n'est trop pauvre pour ne pas le mériter. Il crée le bonheur au foyer, est un soutien dans les affaires et le signe sensible de l'amitié. Un sourire donne du repos à l'être fatigué, rend du courage au plus découragé, console dans la tristesse et est un antidote de la nature pour toutes les peines. Cependant il ne peut s'acheter, ni se prêter, ni se voler. Car c'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne. Et si quelquefois vous rencontrez une personne qui ne vous donne pas le sourire que vous méritez, soyez généreux, donnez-lui le vôtre. Car nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres.

Un peu de liberté……….

DSC00593

Un peu de légèreté

Un peu de légèreté

passe le temps ……..

décembre 2008
L Ma Me J V S D
« nov   jan »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Un peu d’évasion………….

Un peu d'évasion.............

le grenier d’Ankana

Un peu d’eau………

DSC00580

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Recherchez aussi :

Visiteurs

Il y a 2 visiteurs en ligne

AVERTISSEMENT

Tout commentaire que je jugerais insultant, discriminatoire, irrespectueux, vulgaire..........sera automatiquement supprimé de mon blog!!! Je prône le respect, la tolérance........et ne veux en aucune manière que mes enfants tombent sur de tels propos en venant sur le blog de leur maman!! Amicalement Ankana

29 décembre, 2008

Le Respect

Le Respect dans et si le monde... 0pj4bigz

RESPECT DE L’AUTRE

Respect : ce mot simple et magique,Est la clé du bonheur de l’humanité.Sans le respect d’autrui et de l’éthiquePersonne n’évitera l’insolence et la vanité.Et la parole deviendra outrageante et diabolique,Couveuse d’arrogance, d’abus et de cupidité.

Tout le monde vivra, alors, dans la polémique,

Du matin au soir, en cherchant la vérité.

Et pourtant, tout est dans ce mot magique :

Le respect, entre nous dans toutes ses variétés,

Amour, religion, couleur, langue et région,

Unira les hommes qui atteindront la félicité.

Toutes ces différences deviendront un bastion

Réel pour une heureuse et prospère humanité.

En ce moment là, le RESPECT deviendra votre religion.
Nacer

07072205433010166896691 dans et si le monde...

Image de prévisualisation YouTube

Respect ( chanson interprétée par Aretha Franklin,traduite en français)

Ce que tu veux
Bébé, je l’ai
Ce dont tu as besoin
Sais-tu seulement si je l’ai ?
Tout ce que je te demande
C’est un peu de respect quand tu rentres à la maison
Hé bébé (rien qu’un peu) quand tu rentres
(rien qu’un peu) mec (rien qu’un peu)
 
Je ne te causerai pas de tort quand tu seras part
Je ne te causerai pas de tort (ooh) car je ne le veux pas (ooh)
Tout ce que je te demande (ooh)
C’est un peu de respect quand tu rentres à la maison (rien qu’un peu)
Bébé (rien qu’un peu) quand tu rentres (rien qu’un peu)
Ouais (rien qu’un peu)
 
Je suis sur le point de te donner tout mon argent
Et tout ce que je te demande en retour, chéri
Est de me donner mes intérêts
Quand tu rentres ( rien que, rien que, rien que, rien que)
Ouais bébé ( rien que, rien que, rien que, rien que)
Quand tu rentres (rien qu’un peu)
Ouais (rien qu’un peu)
 
Ooo, tes baisers (ooh)
Plus doux que le miel (ooh)
Et devine quoi (ooh)
Mon argent est pareil (ooh)
Tout ce que je veux (ooh) pour moi
C’est que tu me le donnes quand tu rentres à la maison (re, re, re, re)
Ouais bébé (re, re, re, re)
Rend-le moi ( respect, rien qu’un peu)
Quand tu rentres à la maison, maintenant (rien qu’un peu)
 
R-E-S-P-E-C-T
Trouve ce que ça signifie pour moi
R-E-S-P-E-C-T
Prends-soin de toi, TCB
 
Oh (montre-moi ce que tu sais faire, montre-moi ce que tu sais faire,
Montre-moi ce que tu sais faire, montre-moi ce que tu sais faire)
Un peu de respect (montre-moi ce que tu sais faire, montre-moi ce que tu sais faire,
Montre-moi ce que tu sais faire, montre-moi ce que tu sais faire)
Ouah, bébé (rien qu’un peu)
Un peu de respect (rien qu’un peu)
J’en ai assez (rien qu’un peu)
Essaie encore (rien qu’un peu)
Tu cours en faisant l’imbécile (rien qu’un peu)
Et je ne mens pas (rien qu’un peu)
(re, re, re, re) ‘spect
Quand tu rentres à la maison (re, re, re, re)
Ou tu pourrais courir les rues (respect, rien qu’un peu)
Et découvrir que je suis partie (rien qu’un peu)
Je dois avoir (rien qu’un peu)
Un peu de respect (rien qu’un peu)

a_edited

Pratique du respect par Michel Volle

Les Écritures nous ont transmis un précepte essentiel : « aimez-vous les uns les autres ». On aurait pu traduire l’original araméen par « respectez-vous les uns les autres », le respect consistant à reconnaître en l’autre cette même humanité qui réside en soi.

Les êtres humains ont en effet besoin de respect plus que d’amour ; ou, pour être précis, ils ont besoin d’amour dans le cercle de leurs relations affectives et de respect dans toutes leurs autres relations ; et dans le cercle des relations affectives, l’amour doit encore se subordonner au respect. 

Supposez en effet que tout le monde vous aime, que tout le monde ait besoin de votre parole, de votre présence, de votre contact : votre vie serait impossible ! Il n’en sera pas de même si tout le monde vous respecte ; et l’amour, qui vise à fusionner deux personnalités, n’est vivable que s’il se fonde avec délicatesse sur le respect mutuel.

Reconnaître l’humanité en l’autre, c’est lui accorder son attention en faisant l’effort de surmonter les différences individuelles et culturelles qui nous séparent de lui ; c’est en pratique l’écouter en s’efforçant sincèrement de comprendre ce qu’il veut dire[1].

Le précepte « respectez-vous les uns les autres » est épuré du sentimentalisme qui pollue « aimez-vous les uns les autres ». Une relation mutuellement respectueuse, attentive, délicate, implique le respect de soi-même : être écouté avec attention par quelqu’un que je respecte me confère responsabilité et dignité ; je ne peux pas penser, dire ni faire n’importe quoi parce que ma pensée, ma parole, mon action ont un effet sur le monde. Le respect est aux antipodes de l’obéissance passive, de l’approbation inconditionnelle, de la complaisance qui sont des formes paradoxales de mépris : elles ne considèrent pas l’autre comme un être humain, mais comme une machine ou une force à laquelle on se soumet. Il est possible de respecter le criminel sans complaisance envers son crime.

On peut, on doit respecter celui auquel on s’affronte, on doit respecter l’ennemi que l’on combat. C’est même une condition de la victoire : on ne peut construire de paix durable qu’avec un ennemi que l’on a compris et qui se sent compris. Les matamores qui croient vaincre en écrasant un ennemi qu’ils méprisent se préparent de difficiles lendemains. La magnanimité du vainqueur est une des conditions de la victoire effective et de la paix durable[2]

Le respect interdit de considérer l’autre, l’étranger, l’ennemi, le criminel, comme s’il n’appartenait pas à l’espèce humaine. Il implique de maîtriser l’emploi de la force. On doit s’interdire de tuer ou de martyriser le prisonnier de guerre ; la privation de liberté infligée au prisonnier de droit commun ne doit pas s’accompagner de brimades ni d’humiliations ; au lendemain de la victoire il faut offrir un partenariat équitable à l’ennemi vaincu.  

Dans l’entreprise d’aujourd’hui les compétences se subdivisent en spécialités. Or la coopération de diverses spécialités implique que les spécialistes sachent s’écouter et se comprendre, ce qui suppose le respect mutuel. Le corporatisme défensif, forme professionnelle du sectarisme, s’oppose au professionnalisme. 

Plusieurs voies convergentes mènent ainsi à la même exigence du respect de l’autre : la morale y incite comme l’efficacité. C’est la notion fondamentale sur laquelle s’édifie l’ensemble des valeurs.

Le respect s’étend, par delà l’humanité, aux êtres vivants auxquels nous relie un cousinage génétique et une communauté de destin – car, tout comme nous, ils naissent, se reproduisent et meurent. Elle s’étend aussi à la nature minérale d’où la vie est issue, dans laquelle nous vivons et dont nous faisons partie.

Les confucéens ont voulu considérer l’homme, la société, l’organisation ; ils ont estimé que s’intéresser à la nature physique était une perte de temps. Le confucianisme n’est donc pas scientifique, dit Needham[3], même s’il comporte des raisonnements déliés et s’il est efficace dans sa sphère. Le confucianisme, en se détournant de la nature physique, n’a pas étendu jusqu’à elle le respect qu’il accorde à l’humain, n’a pas tiré les conséquences du fait que l’humain est plongé dans cette nature dont d’ailleurs il fait partie.

Le respect de la nature, nous y reviendrons, se réalise en pratique dans la démarche scientifique – en prenant ce terme en son sens strict et en le débarrassant de ses connotations sociologiques.

[1] Pour une économie du respect

[2] C’est ce que Talleyrand répétait à Napoléon mais celui-ci ne l’a pas écouté. Jean Orieux (1907-), Talleyrand, Flammarion 1992

[3] Joseph Needham (1900-1995), Science and Civilisation in China, Cambridge University Press 1991, vol. 2

                    dyn006_original_366_289_gif_2564804_609ad71b913f4340cbeba5b6671e5dfe               img-171042k4h3v

Par ankana87 le 29 décembre, 2008 dans et si le monde...
4 commentaires

infos-africa.fr |
MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
laguyane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | grandir
| Rapport Prévention Charleroi
| Les choses de la vie ...