Navigation | Archive » 2009 » janvier » 11

Ankana87

ankana87

Juste pour les membres………

Nuage de catégories

Accessoires necessaires amitie belles images du net! Bienvenue cadeaux Calendrier de l'Avent coup de coeurs coup de gueule creations et si le monde... faune Flore genereux gourmandises géographie Histoire Humeur l'art Legendes et Mythes les enfants les logiciels gratuits le temps Merci Non classé photofiltre poesie romans sur la route tag un peu d'humour

Un Sourire

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup. Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent. Il ne dure qu'un instant, mais son souvenir est parfois éternel. Personne n'est assez riche pour pouvoir s'en passer, Et personne n'est trop pauvre pour ne pas le mériter. Il crée le bonheur au foyer, est un soutien dans les affaires et le signe sensible de l'amitié. Un sourire donne du repos à l'être fatigué, rend du courage au plus découragé, console dans la tristesse et est un antidote de la nature pour toutes les peines. Cependant il ne peut s'acheter, ni se prêter, ni se voler. Car c'est une chose qui n'a de valeur qu'à partir du moment où il se donne. Et si quelquefois vous rencontrez une personne qui ne vous donne pas le sourire que vous méritez, soyez généreux, donnez-lui le vôtre. Car nul n'a autant besoin d'un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres.

Un peu de liberté……….

DSC00593

Un peu de légèreté

Un peu de légèreté

passe le temps ……..

janvier 2009
L Ma Me J V S D
« déc   fév »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Un peu d’évasion………….

Un peu d'évasion.............

le grenier d’Ankana

Un peu d’eau………

DSC00580

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Recherchez aussi :

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

AVERTISSEMENT

Tout commentaire que je jugerais insultant, discriminatoire, irrespectueux, vulgaire..........sera automatiquement supprimé de mon blog!!! Je prône le respect, la tolérance........et ne veux en aucune manière que mes enfants tombent sur de tels propos en venant sur le blog de leur maman!! Amicalement Ankana

11 janvier, 2009

Le pacte des loups

Le pacte des loups dans coup de coeurs PacteDesLoupsDate de Sortie :  31 janvier 2001

 le_pacte_des_loups_2000_reference dans Histoire

  Image de prévisualisation YouTube

Réalisé par Christophe Gans

Avec Samuel Le Bihan, Mark Dacascos, Emilie Dequenne   empty dans Legendes et Mythes

Film français. 

Genre : Aventure, Epouvante-horreur, Historique

Durée : 2h 22min. 

Année de production : 2001

Interdit aux moins de 12 ans

pactedesloupshaut

L’histoire : En 1766, une bête mystérieuse sévit dans les montagnes du Gévaudan et fait de nombreuses victimes, sans que quiconque puisse l’identifier ou la tuer. Les gens ont peur. C’est un monstre surgi de l’enfer ou une punition de Dieu. L’affaire prend rapidement une dimension nationale et porte atteinte à l’autorité du Roi. Le chevalier Grégoire De Fronsac, naturaliste de surcroît, est alors envoyé dans la région du Gévaudan pour dresser le portrait de la bête. Bel esprit, frivole et rationnel, il est accompagné de l’étrange et taciturne Mani, un indien de la tribu des Mohawks. Ces derniers s’installent chez le Marquis Thomas d’Apcher. Au cours d’une soirée donnée en son honneur, Fronsac fait la connaissance de Marianne De Morangias ainsi que de son frère Jean-François, héritiers de la plus influente famille du pays. Fronsac se heurte bientôt à l’animosité des personnages influents de la région.

 

                          13564.11

 J’aime ce film car il nous montre l’histoire sous un autre angle! la thèse d’un animal dressé par l’homme est mise en évidence dans ce scénario ………

           pacte_des_loups1

Petit rappel des faits :

Pendant trois ans, des meurtres ont été perpétués dans le Gévaudan, qui correspond à peu près à l’actuelle Lozère mais également en Ardèche, dans la Haute-Loire et le Cantal.
Ces meurtres sont attribués à un animal mystérieux qui est rapidement baptisé « la bête du Gévaudan ».

La première attaque a lieu au printemps 1764 ; une femme est attaquée près de Langogne mais ses bœufs mettent en fuite l’animal.
Peu de temps après, le cadavre d’une adolescente de 14 ans est retrouvée. C’est la première victime officielle de la bête.
Mais cette victime est la première d’une longue liste.

Selon les témoins, l’animal responsable de l’agression de la bergère et de l’adolescente n’est pas un loup.
La description qu’en feront tous les témoins est la suivante : « une bête avec une très grosse tête, des flancs rougeâtres, avec une bande noire tout au long du dos, une queue très touffue, des pattes larges munies de grandes griffes. »

Il faut souligner que le loup est bien connu des paysans de cette époque. On peut d’ailleurs constater qu’ils ne parlent pas d’un loup.

Les attaques sanglantes se succèdent. Il est plusieurs fois fait mention dans les archives nationales que les victimes étaient porteuses d’une coupure franche et précise à la base du cou.

L’animal fait preuve d’une grande mobilité. Il attaque du Gévaudan jusqu’en Auvergne. Une véritable psychose s’empare des habitants.
Des battues sont menées mais sans succès. Les journaux de l’époque relatent ses attaques. L’émoi est si grand que le Roi envoi un régiment de soldats, des dragons, sur les lieux.

Comme si l’animal sentait le danger, il se déplace et sème la terreur dans l’Aubrac et la Margeride. Il laisse derrière lui des cadavres décapités et déchiquetés.

Les soldats n’obtenant aucun résultat, le Roi envoie François Antoine, lieutenant de ses chasses, qui est réputé comme le meilleur fusil du royaume.

Après 3 mois de traque, F.Antoine, tue en septembre 1765, un gros loup dont le corps est empaillé et envoyé à la cour.
On sait aujourd’hui, que F.Antoine a orchestré de toutes pièces cette soi-disant battue. Ayant peur de tomber en disgrâce, il lui fallait absolument une bête à exposer.
De plus, l’exhibition de cette bête empaillée a pour objectif de restaurer l’image du roi qui est devenu la risée de toute l’Europe.

LaBeteGevaudangevaudan

Qui «  étaient  » la Bête du Gévaudan ?

 La « Bête du Gévaudan » et non le loup du Gévaudan Plusieurs auteurs (sans parler d’Alphonse Boudard !) dont Gérard Ménatory, spécialiste incontesté des loups, font valoir à juste titre qu’il n’a jamais été question du «  Loup du Gévaudan  » puisque tous ceux qui connaissaient bien les loups, et ils étaient nombreux à l’époque, savaient parfaitement qu’il ne s’agissait nullement de cet animal.Le loup fut donc, plus tard, accusé injustement des méfaits imputés à la seule et unique «  bête  ».Il est rappelé que le loup craint l’homme et n’attaque que très rarement celui-ci sauf lorsqu’il se trouve acculé.

Il était, par exemple, courant, à l’époque des faits, que des bergères chassent un loup qui s’était introduit dans la bergerie… à grands coups de sabots dans le derrière.
Bouh ! Fais moi peur, gros loup noir !

Un simple bâton suffisait à les faire reculer puis prendre la fuite.L’hypothèse d’un autre animal a été plusieurs fois émise: hyène, lynx, ours, panthère et même singe ou bête fabuleuse résultant du croisement de plusieurs de ces animaux qui se seraient échappés d’un cirque de Mende.Mais on ne retrouve nulle trace de ce cirque et moins encore de ces animaux .

Si ce n’est de la fameuse hyène très souvent citée dans les textes et gravures de l’époque.

Pourquoi donc se limiter à UN suspect ou à UNE hypothèse ?
Et si la vérité était un tout petit peu plus complexe.
Cela ne tient pas debout.Il demeure, par contre, une toute autre hypothèse liée à la perversion sadique d’individus exerçant leurs crimes dans une totale impunité et avec la bienveillance complice de certaines autorités qui fermaient les yeux sur la vérité mainte et mainte fois suggérée mais immédiatement écartée par principe.Rien, dans le contexte cité plus haut, n’interdit à considérer l’action combinée de plusieurs individus utilisant également de grands chiens dressés et même d’une hyène ou d’un hybride.Or, le dressage qui était la grande spécialité des Chastel père et fils.

Le père, lui-même, surnommé « Le Masque » (le sorcier) ou « De La Masque » (le fils de la Sorcière) passait même pour un « sacré meneux de loups », donc quelqu’un qui « avait passé un pacte ».Ces chiens, cette hyène ou ces hybrides, dont l’un fut probablement blessé à mort par Verny de la Védrines, étaient simplement grimés et protégés par une sorte de cuirasse probablement réalisée en peau de sanglier tannée et renforcée.Les fusils d’époque, chargés à la poudre noire, n’avaient, en effet, qu’un pouvoir de pénétration assez relatif

le Sieur Antoine, lui-même, avouait surcharger ses fusils au risque de les faire éclater.

Et, suivant la tradition, Chastel ne put tuer la « Bête » que grâce à une balle d’argent bénite qui provenait d’un chapelet et d’une croix légués par sa brave môman…que les villageois de La Besseyre Saint Mary nommaient « La Masque ».

Ces divers animaux furent donc probablement blessés à plusieurs reprises , ce qui explique les périodes de jeune et d’accalmie plusieurs fois constatés.

Mais ils revenaient généralement se faire soigner dans l’=un des repaires du Mont Mouchet ou de la faille de Desges.

Le feldspath fluor était extrait de nombreuses mines, déjà en activité ou abandonnées à l’époque de la « Bête » car utilisé par les verriers nombreux dans les environs.

Verny de la Védrine qui reçut tant Duhamel que les Denneval ou Monsieur Antoine au Chateau de Chamblard, situé entre Paulhac et Saugues, était lui-même un « gentilhomme verrier », donc un Maître verrier qui ne pouvait pas ne pas connaître ces mines et ces réseaux.

Une étrange légende locale prêtait par ailleurs aux Maîtres Verriers le pouvoir de mener les loups , donc d’avoir « passé un pacte » avec les puissances des ténèbres.

En effet, suivant une tradition ésotérique ces Maîtres Verriers étaient pour la plupart des alchimistes qui transformaient des matières aussi grossières et insonores que le plomb et la silice en cristal, passant ainsi de l’obscurité à la lumière et du silence à la musique.

Ce qui ajoute encore au mystère du Chamblard et du Besset où, suivant une tradition populaire, se déroulaient des « choses pas très catholiques ».

A cette époque le château du Chamblard ne se situait pas en pleine forêt et était en vue du Besset.

  Un peu plus de renseignements c’est par ………..

Mais pour en apprendre vraiment sur La Bête du Gévaudan , allez donc voir >><<

J'ai trouvé ce site très intêréssant , de plus le webmaster répond très vite à vos demandes !Franchement , hier j'ai eu du mal à fermer ma page internet , tellement je prenais plaisir à navigué sur ce site : Dans l'ombre de la Bête !!

Jaquettecdrom2006L’énigme de la bête du Gévaudan vous interroge ?

Vous voulez en savoir plus ?

Ce cdrom, version 2 du précédent, est disponible depuis octobre 2006.

Attention : Il ne fonctionne que sur PC.

Bernard SOULIER, passionné par l’histoire de la bête du Gévaudan, travaille depuis 30 ans à éclaircir ce grand mystère de l’histoire de France. Il

livre sur cette deuxième version de son cd-rom de nouvelles pistes, de nouveaux documents et permet ainsi au lecteur de mieux se forger sa propre opinion……………… À découvrir…………………

Dans les 21 chapitres de cette « encyclopédie de la bête », il n’y a pas de solution toute faite, mais des pistes de recherches afin que chacun puisse construire sa propre réflexion sur ce fabuleux mystère.
Ce sera pour certains un cd de loisirs ou de découvertes, pour d’autres un outil de travail qui est souhaité aussi complet que possible. Bref, débutant ou confirmé dans la matière « Bête du Gévaudan », chacun devrait y trouver son compte !
Des centaines de liens et de clics vous feront voyager dans le Gévaudan du 18ème siècle et aussi dans le Gévaudan actuel. Des photos, des sons, des dessins, des gravures, des tests de connaissance, …etc…, tout tourne autour d’une passion : LA BÊTE ET SES MYSTÈRES

La bête du Gévaudan à travers 250 ans d’images

de Éric Mazel et Pierre Yves Garcin

Bienvenue dans le musée imaginaire de la bête !

 

        Ce livre est un des premiers du genre puisqu’il traite essentiellement de l’iconographie de la bête. On y trouve des représentations d’époque, telles celles qu’avait publiées André Mellerio en 1930 dans le livre de l’abbé Fabre. Il y a aussi quelques unes des richesses d’un collectionneur hors pair (Eric Mazel qui,

sous le nom de DJ Kheops, est membre du groupe de rap marseillais IAM). Éric Mazel a, en quelques années, réussi à réunir une des plus importantes collections sur le sujet (documents, livres, journaux, gravures, revues, bandes dessinées, objets, etc…). Le tout est agrémenté de belles photos des lieux historiques où a sévi le monstre et servi par un texte résumant les faits ainsi que les principales hypothèses.

Du très beau travail…………………….

9782035841735FSLa bête du Gévaudan

de Jean Marc Moriceau

L’auteur a réalisé une très sérieuse étude historique.
 
Au printemps 1764, une femme est attaquée près de Langogne, en Gévaudan, par une « bête » que ses bœufs parviennent à mettre en fuite. C’est le début de trois années de terreur pour la population de cette région de Lozère. Malgré la venue du lieutenant des chasses royales, et de nombreuses battues, plus d’une centaine de personnes sont victimes de la bête, la plupart atrocement mutilées… Depuis lors de nombreuses hypothèses ont été avancées, faisant de la bête du Gévaudan un loup, un molosse, un homme… Reprenant l’enquête, Jean-Marc Moriceau, historien professionnel, retrace toute l’histoire de la traque et analyse tous les témoignages dans un récit extrêmement vivant.

9782020653770Le chien de Dieu

Auteur : Patrick Bard. Il s’agit d’un roman :

1798. Les armées de Bonaparte s’apprêtent à piller le Vatican. En tentant de sauvegarder d’inestimables manuscrits, Antonin Fages, prêtre et bibliothécaire, découvre une bien étrange confession rédigée en une langue qui le ramène à son enfance occitane et à ses débuts d’humble vicaire en Margeride, à la terrible année 1764, quand une calamité dépêchée par Dieu dévorait dans les campagnes enfants et jouvencelles. La découverte du manuscrit condamne Antonin à revivre trois ans passés en enfer à traquer la Bête qui terrorisait les campagnes. Et le manuscrit en intéresse bien d’autres moins bien intentionnés que lui.

crouzetL’abbé Pourcher

Une plaquette de 30 pages dans laquelle des documents retrouvés par l’auteur aux Archives de Mende nous révèlent l’attachante personnalité de ce « curé-imprimeur » hors du commun. On y trouve aussi des photos inédites du fusil avec lequel Jean Chastel tua la bête le 19 juin 1767. Du travail sérieux édité tout comme le faisait le célèbre abbé, à compte d’auteur …

barnsonDans l’ombre de la bête

Un DVD qui constitue une excellente base pour qui veut découvrir l’histoire de la bête et avoir une première approche des différentes hypothèses qui s’affrontent. C’est fait avec peu de moyens mais c’est bien fait. Comme quoi quand la passion est là, on peut toujours réaliser du bon travail.

Une bd sur la bête en trois volumes.

LA BESTIA

de Adrien POUCHALSAC (scénario) et Jan TUREK (dessins et couleurs)

actual4

C’est la dernière publication des éditions « Bois sans feuille ». Le premier volume est sorti en janvier 2006, le deuxième en juin 2007 et le dernier en juillet 2008. On y trouve de magnifiques dessins en cadrage « cinémascope ». Les dessins se suffisent parfois à eux mêmes, car ils ne sont pas toujours accompagnés de textes. Ils sont par contre souvent fidèles à la réalité du Gévaudan. Tout cela est magnifiquement présenté dans un format à l’italienne (26X23cm) et fait revivre l’histoire de la bête de façon assez précise bien que parfois romancée. C’est en tout cas un travail de grande qualité graphique que tout collectionneur passionné sur la bête du Gévaudan se doit de posséder.

 

à chacun de se faire sa propre opinion , la mienne est faite depuis longtemps………

 

 

   

                 bete%20du%20gevaudan

                                  wt0js4wj

Par ankana87 le 11 janvier, 2009 dans coup de coeurs, Histoire, Legendes et Mythes
12 commentaires

infos-africa.fr |
MES HUMEURS AU FIL DES JOURS |
laguyane |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | grandir
| Rapport Prévention Charleroi
| Les choses de la vie ...